Lire

« Parce que leur histoire ne s’était pas achevée au bon endroit, au bon moment »

Vendredi soir dernier, j’ai dévoré un livre

Mes yeux parcouraient les pages, les mots, assoiffés

Plus les pages défilaient plus je devenais ivre

Prise par cette histoire impossible de m’arrêter

Je ne suis pas une pro de la poésie, loin de là, mes vers s’arrêteront là. Je laisse ce travail à Clémentine Beauvais qui y arrive à la perfection dans son dernier livre.

Vous l’aurez compris, j’ai dévoré « Songe à la douceur ». Déjà, parce que la forme me plaisait et m’intriguait : un livre entier écrit en vers libres. Et aussi, parce que l’histoire est belle. Heureusement, d’ailleurs, l’originalité ne fait pas tout.

La forme sert son contenu et le porte. Sa poésie est idéale car totalement accessible. C’est un véritable média pour se plonger dans les pensées des personnages. Le rythme, les rimes, le ton et sa musicalité sont autant d’éléments qui te transportent et te permettent de te jeter à cœurs perdus dans le texte.

Le travail de narration est impressionnant. Elle apporte de la profondeur et du sens à l’introspection dans l’intime des protagonistes. Tantôt, grâce à une note d’humour, tantôt en permettant de faire un arrêt sur image afin de comprendre l’histoire en général et, Eugène et Tatiana en particulier. C’est pour moi ce qui amène le plus de modernité au roman, qui est très actuel.

« Songe à la douceur » est inspiré d’ « Eugène Onéguine » de Pouchkine et de l’Opéra éponyme de Tchaikovsky. Mais, pas besoin d’être familier de ces deux œuvres pour saisir celle de Clémentine Beauvais. Il s’agit d’une histoire d’amour teintée d’hier et d’aujourd’hui. Deux anciennes connaissances se retrouvent 10 ans après, complétement par hasard. Et voilà que le jeu de séduction s’inverse.

Dans un chapitre, Eugène a 17 ans et Tatiana 14 alors que dans le suivant, nous sommes en 2016, 10 ans après. À l’époque, Tatiana vouait une passion adolescente pour l’ami de son voisin et expérimentait les émotions incontrôlables d’un amour naissant. Tandis qu’Eugène était un jeune homme un peu blasé, croyant avoir tout expérimenté et un peu imbu de lui-même.

10 ans après, la passion – l’obsession – s’inverse.

Les flashbacks sont utiles car ils permettent de mettre la lumière sur les parts d’ombre du passé afin d’éclairer le présent. Que s’est-il véritablement passé entre-eux ?

Les retours en arrière permettent également de faire un saut dans l’adolescence. Cette période un peu ingrate où toutes les émotions sont fulminantes. On est trop rêveur ou trop cynique, trop amoureux ou trop en conflit, trop timide ou trop extraverti, dans la confiance ou dans le doute permanent. Tout est trop ou pas assez.

C’est durant cette période que l’on écrit des lettres d’amour, qu’on passe sa nuit sur MSN à épier si l’Elu se connecte, à avoir des conversations vides de sens mais qui signifie l’univers pour nous. On est jeune et finalement, on ne connaît pas grand-chose. On tente des approches, on ose sans doute plus que maintenant.

10 ans plus tard, Eugène et Tatiana ont 10 ans de plus. Cette période de la vie où on ne sent plus des enfants et pas encore adulte. Pris entre les souvenirs de nos vieux rêves et les quelques désillusions qui se sont déjà écrasées sur notre chemin. C’est l’âge où on doit faire preuve de responsabilités sans pourtant comprendre comment on en est arrivé là. On cherche l’amour pour faire comme les autres mais, le voulons-nous vraiment ? On se pose toujours autant de questions mais, on a compris que nous seul pouvons décider pour nous même. On est partagé entre cette naïveté, naufrage de notre adolescence, et la dure réalité de la vie. Celle qui impose de faire des choix, de prendre des décisions.

Clémentine Beauvais parvient avec délicatesse et bienveillance à mettre en lumière deux âges particuliers dans le parcours d’un jeune homme et d’une jeune femme.

L’histoire d’amour est réaliste tout en restant romantique. On s’y retrouve et on arrive à rêver un peu. On s’identifie aux personnages et aux troubles de leur adolescence. À leurs questionnements actuels et passés.

En plus d’être bien écrit, le livre est bien construit. Il se lit – se dévore – rapidement. On est plongé dans cette histoire comme dans un bon film qu’on regarderait un dimanche soir d’hiver blotti sous sa couette. Notre lit devient un sanctuaire, gardien du rêve, de l’amour d’Eugène et de Tatiana. Il devient le témoin d’un âge que les moins de trente ans se rappelle comme hier. Je vous mets au défi de le poser avant sa dernière page pour rejoindre Morphée.

Personnellement, je l’ai lu entre Paris et le Havre. J’avais un weekend familial organisé et je devais y aller en train. 4h de trajet pour faire Bruxelles – Paris, changer de gare, et monter dans un deuxième train pour rejoindre le Havre. Ce dernier était un Intercité qui s’arrête dans des gares dont les villes paraissent seulement exister dans un téléfilm français. Pourtant, le trajet n’a duré que 30 minutes. 2 minutes pour lire le roman et 28 pour me rendre compte que je n’étais pas encore arrivée à bon port… une fois la dernière page tournée, j’avais envie de le recommencer.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s